Portrait d’Angèle Niclas, mathématicienne

Angèle Niclas est chercheuse et maîtresse de conférence au laboratoire Mathématiques Appliquées à Paris 5 (MAP5 – CNRS/Université Paris Cité) depuis septembre 2023.

Angèle Niclas a débuté son parcours à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (ENS). N’étant que deux filles sur une quarantaine d’étudiants en maths, elle a particulièrement apprécié de suivre des cours avec la mathématicienne renommée Laure Saint-Raymond. Elle poursuit avec un doctorat en mathématiques appliquées à l’Ecole Centrale de Lyon sur les problèmes dits inverses, ce qui lui vaut d’être Lauréate du Prix Jeunes Talents L’Oréal-UNESCO en 2022. Son but était alors d’étudier comment la propagation des ondes dans des tuyaux peut renseigner sur leur état, et ainsi détecter des défauts (bosses, fissures…). Les applications envisagées portent sur le contrôle de conduits difficilement accessibles, comme dans les centrales nucléaires ou les oléoducs au fond des océans. Depuis la soutenance de sa thèse, Angèle poursuit donc son travail en collaborant avec des industriels. Elle effectue aussi des expérimentations avec les physiciens de l’Institut Langevin.

En parallèle et dans un tout autre contexte, elle mène un projet en collaboration avec le MIT, aux Etats-Unis, visant à améliorer la précision de la localisation des baleines dans le golfe d’Alaska à partir d’ondes acoustiques. L’objectif est de mieux protéger l’espèce, notamment grâce à l’identification des sites de reproduction. Les données étant déjà récoltées, Angèle apporte ses compétences pour élaborer des méthodes et algorithmes plus efficaces.

Partager la passion des maths aux plus jeunes

La mathématicienne apprécie tout particulièrement la dualité de son métier, qui lui permet à la fois de travailler et collaborer avec de multiples disciplines, et aussi d’enseigner à l’université. Elle aime aider ses étudiants, transmettre ses connaissances, mais aussi partager ses recherches avec le grand public. Outre la Fête de la science, Angèle intervient ainsi dans des collèges pour parler de son métier, en mettant en avant l’aspect concret et l’intérêt des maths pour la société (en biologie, en santé…). Une sensibilisation qui se fait tout particulièrement à destination des jeunes filles, et qui passe aussi par des événements comme les journées « Filles, Maths et Informatique : une équation lumineuse », co-organisée par l’association Femme et mathématiques. Pour Angèle, il est important de « comprendre ce qui bloque ou motive les jeunes femmes » à choisir cette voie.